Road trip mexicain : décryptage

1 mois d’aventure c’est  17 000 kms parcourus en avion – 5 avions –  4 bateaux – 1 voiturette – 1 calèche – 2600 kms en voiture – 3 Etats traversés –  Des siècles de pyramides escaladées – Plus de 2000 photos et des heures de vidéos – 1 milliards de « wouaahhh » – 6 heures de décalage horaire – Une dizaine de récits  partagés sur le blog.

Mais aussi tant de découvertes, de déconnection, d’émotions, des rencontres, des souvenirs fabriqués, des moments privilégiés, du dépaysement et des surprises. Un voyage c’est quantifiable en partie mais il y’a des choses inestimables qui ne se chiffrent pas. Ce voyage était extraordinaire.  On s’est concocté avec nos petits cerveaux un périple sur mesure,  il ne pouvait que nous convenir. Je peux dire avec le recul du retour qu’on a tout aimé et nous n’avons fait que très peu de mauvais choix en amont. Nous n’avons pas aimé Merida, mais nous y sommes restés que deux nuits et notre maison airbnb exceptionnelle a contrebalancé notre déception et nous a permis de nous reposer.  Et deuxième « erreur », nous avons choisi à Izamal une guest-house sur commentaires pourtant élogieux, et il s’avère que c’était pas du tout à la hauteur, mais là il ne s’agissait que d’une petite nuit. Tout le reste fût comme on aime. Voyez vous on s’est pas si mal débrouiller depuis notre canapé. Et c’est fou ensuite de vivre ce que tu as imaginé sur papier et encore bien plus. Tellement plus. Je mesure souvent la chance que nous avons. Il est 3h du matin, le décalage horaire à décidé de me rendre insomniaque, et en écrivant ses lignes, je revis ces moments heureux et j’en suis encore plus reconnaissante. De quoi nous motiver pour les mois à venir et vite repartir à l’aventure.

IMG_E6005.JPG

IMGP2648.JPG

GOPR0441.JPG

IMG_6108.jpg

IMGP4187.JPG

IMG_7130.jpg

IMGP3956.JPG

La formule road trip nous a plu, c’est le voyage dans le voyage.  Une vraie liberté d’aller et venir selon notre rythme, et vivre la route à été en soi une expérience! Dés le commencement d’ailleurs avec notre problème avec l’agence locale de Sixt. Et des heures à passer au comptoir d’Europcar afin de récupérer une voiture. Là on a vu direct que la notion de temps ne compte pas ici. Une bonne entrée en matière. (Conseil aux voyageurs, quand vous louez à l’étranger, prenez la voiture en photo sous tout les angles intérieur/extérieur et données tableaux de bord au moment de l’état des lieux)

La première chose qui nous a surpris c’est la manière de conduire, enfin surtout de doubler. C’est celui qui est doublé qui doit se pousser sur le coté. J’aime autant vous dire que la première voiture qui arrive dans ton rétro et que tu n’es pas au courant de cette pratique et bien ça fait drôle!

Autre point. Il y a pour ainsi dire jamais de virages, on roule des heures sur de grandes lignes droites. Mais attention les mexicains ont trouvé un petit quelque chose pour rendre le trajet moins monotone : le dos d’âne surprise! Et puis ils sont inventifs, il y en a  des carrés, des arrondis, des avec des boules en fer dessus, des peints, des camouflés, des doubles. On a d’ailleurs trouvé avec Silvain un moyen mnémotechnique pour ne pas se faire avoir : Une cabane = un dos d’âne ! En effet tu roules, tu roules (même sur l’autoroute !) et d’un coup surgit de nulle part (comme Zorro lol) un « Tope » (d’ailleurs c’est marrant quand y’a un panneau des fois, de temps à autre, et bien le dessin du dos d’âne on dirait un kinder bueno ) . Tu as vite fait de décoller et  retrouver ta voiture  couper  en deux.  Après quelques coups de frein, on a remarqué qu’au niveau de chaque ralentisseur, était installée là toutes sortes de cabanes. Tu ralentis, obligé, et là sortent de la cabane vendeurs d’ananas, de jus, de tortillas… Je crois que sur les routes Mexicaines tu peux mourir de beaucoup de choses mais surement pas de faim ni de soif!

IMG_6008.JPG

IMGP3341

IMGP3349

marchande.jpg

IMGP4039.JPG

On a croisé pas mal de barrages policiers, mais on ne s’est jamais fait contrôler. Essentiellement je pense grâce aux enfants dans la voiture, ils jetaient un oeil par la fenêtre quand on passait à leur niveau et voyant les petits nous ont systématiquement fait le geste de circuler. C’est une bonne chose. (Au cas où vous vous faites arrêter, ne jamais donner votre passeport, et dites juste que vous êtes touristes sans trop étaler vos connaissances en linguistique espagnol).

Nos points de chute étant éloignés les uns des autres, on a fait des étapes, histoire de ne pas avoir l’impression de rouler des heures. La route est fatigante car il faut toujours être concentré, des animaux traversent la route, des vélos/motos taxis, il y a ces fameux topes et pour rajouter du piment, très souvent des trous. Des gros trous.  On a découpé les étapes de telle façon à ne pas subir la route mais vraiment pour en profiter comme d’un compagnon de voyage. On partait souvent après manger le midi, comme ça les enfants dormaient. Ils ont à nouveau utilisé les sac à dos / réhausseur Boostapack. On est conquis par ce produit. Ils nous ont aussi bien fait rire tout les deux avec leurs look improbables quand on se retournait. On recommencera sans aucun doute cette formule pour le prochain voyage.

IMG_6907

 

Notre parcours détaillé avec les liens vers nos logements et les articles liés.

Arrivée Cancun  : 1 nuit

Nécessaire si vous arrivez en fin d’après midi ou le soir sinon filez direct ailleurs. On a choisi cet AirBnB ( attention pas de moustiquaires sur place, prévoyez la votre) uniquement pour sa proximité avec l’aéroport et les loueurs de voiture. Au retour nous avons le même logement pour une nuit. Et la maman de Bren  moyennant 250 pesos a amené Silvain rendre la voiture de location, l’a attendu et la ramené à la maison. Puis nous a ensuite tous amené à l’aéroport. Un service qui rend bien service!

Tulum : 3 nuits

On a réservé aussi par AirBnB une jolie hutte. Les points positifs sont le prix, la vie à la mexicaine ou presque, l’acceuil et une décoration trés trés sympa. Comptez 20 minutes pour aller à tulum playa et 3 minutes pour le coeur du pueblo.

☞ Lire notre expérience à Tulum ☜

Bacalar : 3 nuits

Toujours par AirBnB, la maison de Peggy et Scott, posé sur la lagune, avec ponton privé et canoë est merveilleuse. L’accueil excellent, les équipements top  et à 5 minutes ne voiture du Zocalo. Parfait

☞  Lire notre coup de coeur à Bacalar 

Calakmul : 2 nuits

Hotel Puerta Calakmul, des cabanes dans la jungle avec tout le confort. On a tout adoré, le décor, le réveil  par les singes hurleurs, le bon petit déjeuner… Et si vous voulez visiter Calakmul dans de bonnes conditions, ce point de chute est parfait. Bémol sur la piscine mais nous n’étions pas là pour nous baigner.

☞  Lire nos aventures dans la Jungle  

Campeche : 2 nuits

On a choisi l’hôtel Plaza Campeche pour sa bonne situation, prix hyper compétitif et plutôt confortable. Gros bémol sur la climatisation à fond dans la zone de réception. Si votre portefeuille vous le permet réservez à Puerta campeche !

 ☞ Lire notre ressenti de Campeche à Merida 

Uxmal : 1 nuit

On a dormi au Pickled onion. Trés bon point de chute, joliment décoré, bon petit déjeuner, bien entretenu et central.

Merida : 2 nuits

Pour ce logement on a loué à nouveau sur AirBnB, on pensait au début qu’il serait plus en central, et quand on a vu le centre engorgé, pollué, bruyant, et bien on était bien content qu’elle soit un peu à l’écart. Comptez 15 bonnes minutes en voiture, non pas dû à la distance avec le zocalo mais au bouchon permanent. La Maison est sublime! un bijou! Elle détonne dans le quartier. Le bémol : prévoir moustiquaire (on est hyper satisfait de nos moustiquaires de voyage)

Izamal : 1 nuit

On a été au Macan Ché , on a vu des commentaires plutôt sympas, endroit central. Mais alors gros bémol sur la déco, l’équipement, la piscine.. Prévoir là aussi moustiquaire! Bof bof pour un tarif plus élevé que d’autres endroits plus chouette.

☞ Lire d’Izamal à Valladolid 

Valladolid : 2 nuits

Je conseille la casa Quetzal, dans un quartier trés sympa. Excellent petit déjeuner, chambres spacieuses et de bon gout disposées autour d’un joli patio jungle avec piscine. Pas de point négatif

Isla Holbox : 4 nuits

Là pas facile de trouver un endroit qui accepte les enfants. Bizarre mais bien réel. On a trouvé Villas Margaritas, à 2 min à pied de la plage et moins de 10 min à pieds du centre. Bémol : pas de moustiquaire

☞ Lire notre expérience à Holbox 

Cancun : 1 nuit et retour maison

 

♥ Si vous souhaitez vous aussi louer via AirBnB , n’hésitez pas à utiliser NOTRE LIEN DE PARRAINAGE  

 

Voilà je vais m’arrêter là sinon je vais finir par écrire un livre. Y’a encore tant de choses qui me passent par la tête, mais je vais laisser un voile de mystère! J’ai toujours beaucoup de mal à écrire le dernier article d’un voyage car il s’agit bien là d’un point final. De la vraie fin des vacances. Pour résumé et vous l’aurez compris au fil de mes récits, on a été conquis du plus petit au plus grand et je ne peux que vous conseiller cette destination. Je remercie celles et ceux qui ont suivi notre périple et ont pris le temps de nous laisser des petits messages. Ce blog est avant tout familial car il est en partie notre mémoire, mais si au passage il peut ouvrir la porte à quelques évasions alors j’en suis heureuse.

Rendez vous bientôt pour de nouvelles aventures…

 

DJI_0012.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Isla Holbox

Avant ce voyage nous n’avions jamais entendu parlé de cette terre .
Même pas un bout de terre, un banc de sable plutôt. Cette partie du Mexique fait partie de la réserve de Yum balam. C’était la dernière étape de notre road trip. Et quelle étape! On est tombé amoureux de ce petit coin de paradis. Des eaux bleues et chaudes à perte de vue, une vie insulaire simple et joyeuse, des chemins de sable que l’on parcourent en voiturette ou pieds nus, des ratons laveurs qui viennent boire dans les piscine, des raies qui nagent sous vos pieds, du poisson à peine péché et servi dans l’assiette, les danses mexicaines sur le zocalo, les mamies qui fabriquent tamales et tacos et les vendent à même leur chariot. Mais chaque paradis découvert à un triste destin, celui d’être convoité. Holbox n’échappe pas à cette règle destructrice. Je pense que si vous ne voyez pas Holbox dans les deux ans à venir, vous ne la verrez pas comme on l’a connu.
IMGP4056
IMGP4045
IMGP4036
IMGP3992
IMGP4058
coco.jpg
IMGP4004
IMG_6959
IMG_6938
IMG_6924
Un soir, après mangé on est passé par le Zocalo comme d’habitude pour que les enfants jouent, et on est tombé sur une scène complètement décalée. Un professeur de danse y donne son cours du soir, il y’a avait là pas assez de danseuse alors un rasta à enfilé la grande jupe bleue traditionnelle pour prendre la place de la fille , mamie à monté son jupon sous sa poitrine, un ou deux papy pêcheurs délaissant les filets pour chausser les bottillons, et un jeune abonné plutôt au hop hop, à lui aussi mis avec plaisir ses blanches chaussures de danse. Ici c’est important, plus important que le look, plus important que tout le reste. Et voilà que le cours commence,  les papy ont du mal à suivre le rythme effréné du jeune professeur mais la musique est entrainante. Et tous ses pieds qui tapent en même temps sur cette scène ce soir là nous fabrique un souvenir merveilleux. Ils ne le savent pas. Mais chacun de leur visage souriant est gravé dans ma mémoire.  Ce que nous avons perdu, il savent encore le faire, ils font vivre chaque soir leur place. Un moment de communion qui donnent une vraie personnalité à leur ville.

🎥 VIDEO COURS DE DANSE SUR LE ZOCALO D’HOLBOX

IMGP4153
IMGP4131
IMGP4099
IMGP4065
En saison on peut même nager avec les requins baleine, géants des mers et voir la nuit les eaux bleues devenir extra terrestre avec tout les planctons bioluminscents. Une île magique. On a passé là une petite semaine avec du sable blanc dans les cheveux, du soleil sur le corps et la sensation de vivre quelque chose d’unique.
IMG_E6988.JPG
IMG_7070
IMG_7014
IMG_6975
IMG_7082
IMG_7076
IMG_7126.jpg
Sur le Ferry du retour, celui qui nous a ramené au petit port de Chiquilla, un chanteur du dimanche a allumé son ampli, et a bravé le vent et les bruits du moteur pour nous tirer quelques larmes, des airs tristes parcourent nos oreilles en voyant l’île s’éloigner. On était assis tout les 4 sur le pont, on s’est regardé, heureux et déjà nostalgiques de ce voyage merveilleux. C’est comme ça que devrait se terminer toutes les vacances sur un ferry, en chanson et en famille.
Besos holboxeños
IMG_7164
IMG_6912
DCIM100GOPROGOPR0872.JPG
 Nos infos pratiques
Pour manger le midi:
♥ Las raices
♥ Las nubes
Pour manger le soir :
♥ La parrilla de Juan
♥ Los peleones
Si la France vous manque
♥ Le Jardin
♥ Et voilà
On a dormi a Casas Margaritas.

D’Izamal à Valladolid

On a laissé Mérida, et son agitation, derrière nous pour découvrir  la reposante Izamal. Imaginez 37 degrés, toutes les maisons jaunes et blanches et un ciel bleu qui contraste. Une vision surréaliste. On se croirait dans une ville d’un far west mexicain. Ici tout est tranquille, les rues, les gens et les chiens. Bien. Très bien.
28577186_598635190470552_301468913521614916_n
scene
IMGP3678.JPG
IMGP3677.JPG
papy
famille
On s’est laissé porté au rythme du soleil. Il y’ a en face de la place principale un gigantesque couvent aux couleurs de la ville. Il est encore partiellement utilisé. Puis il y’a le cheval Napoléon qui nous en a fait faire le tour. C’est une cité coloniale construite sur des ruines mayas, il y a donc des pyramides en tas éparpillées, et des jolies rues bien alignées. Un régal.
convento
IMGP3644
IMGP3646.JPG
IMGP3645.JPG
contradiction
IMGP3621.JPG
IMGP3698.JPG
Dernière étape de notre road trip sur le continent et plus de 2000 kilomètres au compteur : Valladolid. Je ne sais pas pourquoi ce nom m’a toujours fait rêver, comme zanzibar, kilimandjaro ou kerala. C’est le genre de mot qui me transporte, et dans certains mauvais jours je me suis demandé ce qu’il se passait à Valladolid… Maintenant je sais. C’est le genre de moment où tu te sens bien, où tu sais pourquoi tu as traversé le passé tant bien que mal, pour être un jour ici avec ta famille. Cette ville n’est pas plus belle que Campeche, ni plus calme qu’Izamal, mais elle est vivante juste ce qu’il faut.
Le soir comme partout au  Mexique, le zocalo s’anime. La chaleur est moins pesante, les gens ont fini de travailler et sortent en famille pour profiter ensemble, et il y a toujours quelque chose à voir ou à écouter.  

🎥 VIDEO DANSE TRADITIONNELLE

Il s’y passe aussi toujours quelque chose. Figurez vous que je suis tombée sur un sniper mexicain, perché sur son arbre, qui  pourtant autochtone, m’a fait profiter généreusement de sa tourista… Je m’en suis sortie avec le dos plein de merde d’oiseau. Il a visé pile dans l’entrebâillement du cou et le t-shirt, on a donc fini la soirée sur des rires d’enfants!! Et une bonne douche.
valladolid.jpg
IMGP3704.JPG
danseuse.jpg
IMGP3716.JPG
IMGP3759.JPG
Et puis… Et puis il y’a les Cenote (prononcer cénoté). C’est une particularité géologique, du Yucatan, due à la chute d’une météorite géante il y a 65 millions d’années. La chaleur produite liquéfia le calcaire (c’est vous dire) et creusa dans la roche des galerie et des trous qui se remplir d’eau douce, parfois très noire parfois turquoise. On s’y baigne et c’est une drôle de sensation.
Un peu comme nager dans les entrailles de la terre. Quand on fait la planche, on redevient foetus, on n’entend rien sauf sa respiration, et porté par l’eau dans ce grand trou, on peut imaginer les sensations du temps où nous étions dans le ventre de nos mères. C’est très spécial…mais rafraichissant.

🎥CENOTE VU DU DRONE

IMG_6843
IMGP3805.JPG
IMGP3812.JPG
echelle.jpg
IMGP3811
IMG_6824.JPG
IMG_6860.JPG
IMGP3928.JPG
Et cette photo incroyable de Silvain prise sous l’eau. on visualise beaucoup mieux le trou. L’eau se trouve entre 45 et 60 mètres sous terre. Et on a alors entre 60 et 90 mètres de vide sous le niveau de l’eau.
GOPR0679.JPG
 Bisou ensoleillé, nous partons pour notre dernière semaine  sur Isla Hollbox. Au programme  : la plage!
IMGP3892.JPG
 NB: déferlante de photos sur cet article, mais je n’ose vous dire combien j’en ai prise en tout ! dur dur de choisir.

De Campeche à Merida

Après notre immersion dans la jungle nous avons fait route jusqu’à Campeche. Ca fait tout drôle de se retrouver à nouveau confronter à la civilisation. Nous avons choisi de faire halte ici pour couper un peu la route d’une part mais aussi car la ville est classée au patrimoine mondiale de l’Unesco donc pleine de promesse. Effectivement , le centre ville est hyper joli, des rues en damier, avec des maisons colorées alignées. Campeche est photogénique. Mais une halte d’une nuit suffit (et de préférence dormir dans la vieille ville). Malgrès les efforts de la ville pour la promouvoir, et des Campechanos adorables avec les visiteurs, il n’y a pas grand chose à voir ni à faire. En même temps notre programme était juste de se balader, de manger des glaces et de profiter de la joyeuse activité du zocalo en fin d’après midi.
C’est une ville de 350 000 habitants mais dans le centre on se croirait comme dans un village (pour ceux qui connaissent ça m’a fait penser à Aigues Mortes version mexicaine), elle a une histoire passionnante. C’était une ville Maya, puis découverte en 1517 par les conquistadors, elle fut soumise, évangélisée et les mayas (ceux qui en restaient) et espagnols finirent par se mixer. Elle devint riche grâce au commerce, mais attaquée très souvent par les pirates, pillée et le peuple violenté (un incendie volontaire de pirates décima 70 % de la population), le roi d’Espagne, exaspéré décida de fortifier la ville en 1686. Voilà pourquoi Campeche est la seule ville fortifiée du Mexique.
IMGP3404.JPG
IMG_6346.jpg
rue.jpg
motos.jpg
IMGP3432.JPG
IMG_6252.jpg
IMGP3420.JPG
Sur le chemin de Merida,  nous avions un stop d’une nuit à Uxmal. Nous avons profité pour déjeuner dans une hacienda, celle de Pedro de Ochil. Magique. on a adoré cette pause rafraichissante sur la route. D’abord on est plongé dans l’atmosphère de la vie dans ces grands domaines, elle a une piscine et elle propose dés 13h un buffet d’une dizaine de plats typiques du Yucatan et une fabrication minute de tortilla. Délicieux et peu cher. On a passé un super moment. Une adresse à noter si vous venez par ici.
hacienda.jpg
IMGP3497.JPG
IMG_6399.jpg
IMGP3520.JPG
saut.jpg
Puis le ventre bien tendu, et rafraichi on a visité le Musée du chocolat, à coté de notre bed and breakfast.
Visite ludique aussi intéressante pour les grands que pour les petits, on a pu gouter du chocolat chaud comme le faisait les Mayas jadis, voir deux jaguars, faire des fouilles archéologiques et tout savoir sur le chocolat et ses origines. Et devinez qui nous avons croisé à notre sortie? Nos copains Suisses! Oui! Génial!  Une soirée ensemble à nouveau , arrosée de piña colada,  à se raconter nos aventures, tout et rien mais toujours beaucoup.
Une belle rencontre cette famille.
IMG_6421.JPG
IMG_6429.JPG
Puis nos routes se sont séparées au matin. Notre programme:  visiter les ruines d’Uxmal et rejoindre Merida.
Uxmal ne se mérite pas comme Calakmul, on y a accès dés l’entrée du site, et les monuments sont plutôt rassemblés. Beaucoup moins sauvage donc, mais ça n’enlève rien à la beauté des lieux, les décors sont sublimes, les frontons sculptés, ce fut un centre politique et militaire mayas trés important à l’époque.  Petit truc sympa quand on s’approche de la pyramide du Devin, il faut taper des mains et l’écho est assez marrant. On dit que cette pyramide fut érigée en une nuit par un nain au pouvoirs magiques, il reste un  peu de cette magie dans l’écho. Et je vous laisse la vision de la famille Giuliano Ceytte, heureuse de taper à s’en faire bruler les mains devant le monument! Désolé les touristes qui attendaient pour faire la photo!
IMGP3554.JPG
IMGP3562.JPG
iguane.jpg
pyramide.jpg
Mérida, la déception.
J ‘attendais beaucoup de cette ville. Je n’avais rien lu pour vraiment la découvrir par nous même. Erreur. Mérida est une fournaise (ce qui d’habitude n’est pas pour me déplaire, mais là! ), ultra polluée avec un balais incessant de voitures et bus dans le centre. On essaye de se frayer un chemin entre tout les gens qui squattent le trottoir (minuscule) à l’ombre, les policiers qui sifflent en permanence pour gérer le flux, les boutiques collées les unes aux autres avec un concours de celle qui mettra la climatisation et la musique le plus fort. J’avais en tête les paroles de Manu Chao « soy un clandestino perdido en el corazon de la grande babylone », en errant dans le dédale de rue….
J’ai fait une seule photo, c’est vous dire. On n’a pas envie de prendre un chemin plus qu’un autre, ce sont les mêmes rues.  On a avancé ivre de bruit, puis on s’est arrêté boire un coup et on s’est posé la question suivante : soit on passe vraiment à coté de Mérida, ça arrive. Soit elle est vraiment comme ça et ça nous correspond pas du tout. On a opté pour le second choix. Ce n’est pas du tout une ville pour flâner, ce n’est pas une ville à faire avec des petits enfants.
IMG_6487.JPG
Heureusement nous avions une maison superbe un peu à l’écart, et nous avons pu nous ressourcer alors.
cfbb7f9a-49cd-455c-8bf6-6a3c5bfbccba
Après coup je suis allée voir le ressenti d’autres personnes qui parlent de Merida comme d’une ville animée, ce n’est pas du tout l’adjectif que je retiens. Ce n’est que notre ressenti, mais si vous pouvez vous passez de cette étape, faites le.  Maintenant que j’ai la comparaison  avec Campeche, cette dernière à toute notre préférence. Plus familiale, plus calme, plus photogénique, plus apte à la rêverie.  En s’asseyant à une terrasse, une famille française nous a abordé, ils venaient de se faire voler leur appareil photo. Plus tard nous avons aussi croisé un policier qui prenait la déposition d’une autre touriste malmenée.  Si vous y aller ne laissez rien sur les tables.
Silvain connaissait le Merida d’il y’a dix ans, apparemment ça a changé. Et il y était un dimanche où les voies deviennent piétonne le matin. Si vous comptez venir en semaine passez votre chemin.
Ce matin nous allons parcourir le grand musée du monde maya de Merida, les petits ont plein de question sur les mayas, j’espère qu’on pourra y répondre!  Je rajouterai ici notre opinion.
Ensuite nous filons vers plus de tranquillité en direction d’Izamal et Valladolid pour quelques jours. Le temps passe à une vitesse en vacances, on a déjà fait plus de la moitié de notre périple, je n’en reviens pas.
Bisou brûlant
IMG_6482.jpg

Curiosités

  • Le bapteme maya a survécu à l’évangélisation et se pratique encore. Rien de moderne puisque les garçons sont baptisé encore à 4 mois en réference aux 4 points cardinaux et aux saisons et les filles à 3 mois comme le trépied sur le quel on fait cuire les tortillas!
  • C’est dans le yucatan qu’une météorite géante tomba il y a 65 millions d’années. Elle provoqua l’extinction des dinosaures d’une part et liquéfia le calcaire aussi , créant des cavités qui se remplir d’eau douce: les cenotes
  • Ici quand on dit au revoir a quelqu’un , on lui souhaite aussi toujours de bien se porter : « Adios y que se vaya bien »
  • Les grands navigateurs italiens découvrirent la tomate chez les aztèques. elle avait la forme d’une pomme et valait le prix de l’or car difficile à conserver… Ils l’appellent toujours pomodoro en Italie!
  • Ici le petit déjeuner est hyper important et copieux , on sert aussi les oeufs sous toutes ses formes, même les huevos divorciados pour les couples!
  • Le temps est tout relatif au Mexique. Tout prend une éternité et quand ils disent Mañana (demain) en fait ça peut être dans une semaine voir deux! (petit clin d’oeil à Nathalie…qui vit avec des « mañana »)
  • Sur la route quand quelqu’un veut doubler, ce n’est pas a celui qui double d’attendre qu’il n’y ai plus de voitures en face mais à nous de se jeter sur le coté droit pour le laisser passer. Ce qui donne des situations curieuses où régulièrement trois voitures sont sur une deux voies…Il faut s’y habituer.

 

  • Un peu gore , jadis pour honorer le dieu de la pluie Tlaloc, on choisissait des enfants que l’on noyait. Leurs pleurs avant le sacrifice étaient de bonne augure car ils symbolisaient les abondantes pluies…

 

  • Ici le coca coute deux fois moins cher que l’eau. D’ailleurs les mexicains en sont les consommateurs n°1 dans le monde, même devant les USA!

 

  • A Merida (peut être ailleurs aussi, mais j’en ai vu que là pour l’instant), on peut acheter des sortes de scarabée auxquels on a collé des bijoux fantaisies avec une chainette… Oui on peut le porter vivant autour du cou. Bizarre vous avez dit bizarre?

 

IMG_6717.jpg

IMGP3439.JPG

Bacalar

Le nom de Bacalar provient de l’expression Maya « Sian Ka’an Bakhalal » qui signifie ni plus ni moins « le lieu d’où nait le ciel ».

Ceci acquis, on se sent comme les premiers Mayas qui débarquèrent ici, et qui virent l’eau et le ciel se mélanger dans des bleus insoupçonnés. C’est sublime. On l’appelle aussi la lagune au 7 couleurs. Il y a une palette qui se crée quand le ciel change. On a été happé par cette beauté. En arrivant, je me suis plantée face à l’eau, droite sur mon ponton, et mes poils se sont dressés, les yeux presque en larme. Je sais c’est fou. C’était unique. J’y suis allée le matin, sous la pluie, à la nuit tombée et sous un soleil de plomb. Même réaction. Cet endroit à quelque chose de magique, on s’y sent en paix et bousculé à la fois.

IMGP3084

IMGP3080

IMGP2959

IMGP2985

On habite au bord de l’eau dans l’incroyable maison de Peggy et Scott, on a donc l’opportunité de déjeuner les pieds dans l’eau, d’observer un spectacle renouvelé sans cesse. On ne s’attendais pas à ça, un bijou.

maisonbacalar

maison nosu drone

IMGP2897

IMGP3083.JPG

On a vécu la lagune sous toutes ses formes sans en perdre une miette. on a profité des connaissances de Sébastian et de son catamaran pour la découvrir en douceur au gré du vent.

IMGP2937

DCIM100GOPROGOPR0337.JPG

IMGP2954

IMGP2929

IMGP2920.JPG

IMGP2964

IMGP2994

On a joué dans les courants de « los rapidos ». A cet endroit, la lagune se rétrécie, et ce passage réduit favorise la formation d’un rapide. C’est hyper ludique, on remonte à pied et on se laisse glisser jusqu’en bas. Il y’a une guinguette au bord de l’eau, et c’est un lieu apprécié des familles mexicaines. On comprend pourquoi.

IMG_6148

IMGP3123

IMGP3145.JPG

rapidos.jpg

Au niveau de la partie large du lac, Silvain a pu se faire une petite session de wake surf chez Steve.

IMG_6138

Bacalar est un vrai coup de coeur. On a tout aimé. On ne peut que tout aimer. Le petit village tranquille, un tourisme confidentiel, la lagune aux 7 couleurs, la glace nocturne mangée sur le zocalo (la place), l’ambiance apaisée, vivre sur l’eau, les petits restaurants animés, l’attente de fin d’orage sous le auvent d’une zapateria (magasin de chaussure), l’eau chaude de nos baignades, et fraiches des pluies de fin d’après midi.

Nous quittons la côte caraïbe pour nous enfoncer maintenant dans la jungle épaisse du Yucatan pour les 3 prochains jours.

Beso azul

IMG_20180219_112411_1

🎥 VIDEO DU BONHEUR

 

Adresses:

♥ pour une demi journée ou une journée en catamaran demander Sebastian /  tourselsebiche@gmail.com

♥ pour une cession plus sportive c’est Steve. Son site : Bacalar Boat end board 

♥ pour manger le soir SISIMITE / El Barril Grill / Bertilla

♥ pour manger le midi La playita /  Los rapidos

♥ pour petits dejeuners La maison de Yara / El socio

♥ Si vous souhaitez vous aussi louer via AirBnB , n’hésitez pas à utiliser NOTRE LIEN DE PARRAINAGE  

Tulum

Nous avions décidé de commencer notre road trip par Tulum. Nous avions supposé depuis la France et ce voyage alors encore en préparation que 4 jours de plage c’était un vrai point de départ pour des vacances. Juste le soleil, le bruit des vagues et nous.
Comme on a bien fait. Une étape pour se requinquer et on était encore loin d’imaginer notre aller caillouteux. mais ne dit on pas: « Il est large et fréquenté le chemin part où l’on sort du Paradis, mais celui qui nous y amène est un sentier étroit et parsemé d’épines »?  Voilà. C’est ça.
Tulum est en fait divisé en trois parties. Il y’a Tulum Pueblo, Tulum playa et Les ruines de Tulum.
Tulum pueblo nous y habitons. On a trouvé sur airbnb une cabane de Robinson crusoë perdue dans une sorte de bidonville bon enfant. Tout est rustique, tout est beau. A la nuit tombée, les maisons aux alentours mettent la musique, on entend les chanteurs du dimanche s’époumoner, c’est toujours festif , par dessus rires et  discussions endiablées,  et les chiens errant écrasés par le soleil la journée s’ajoutent au tintamarre joyeux.

♥ Si vous souhaitez vous aussi louer via AirBnB , n’hésitez pas à utiliser NOTRE LIEN DE PARRAINAGE  

8fc26818-258b-4511-a3cc-9f4cd8a5a354
4ab67363-ebbc-409d-9acf-37a55ae0e393
IMGP2610
IMGP2749.JPG
IMGP2792
La journée bien sûr c’est vers Tulum playa que l’on se rend, là c’est pas compliqué c’est une route bordée de plages privées, faite souvent de bric et de broc mais toujours avec un gout bohème chic maitrisé. On adore! ( Mention particulière pour le Nomade, magique !). Le seul hic c’est qu’ici les enfants ne sont pas admis partout. C’est the place to be pour le gratin New yorkais, et eux les enfants ils connaissent pas, ils n’ont pas le temps :).
Le programme tient en trois mots : repos, contemplation et gourmandise.
IMGP2617.JPG
balancoire.jpg
IMGP2637.JPG
IMGP2730.JPG
IMGP2824
IMGP2862.JPG
IMG_6086.JPG
Tulum.jpg
Puis il y’a la partie archéologique où sont plantées face à la mer des caraïbes, les ruines de Tulum, ancienne forteresse Maya. Le cadre est exceptionnel, l’eau turquoise en fond de décor et des centaines d’iguanes derniers gardiens de ces pierres abandonnées.
Cette partie du Mexique n’est surement pas la plus typique mais elle a remplie largement  ses promesses de farniente.
IMGP2770
IMGP2777
IMGP2785
IMGP2783
IMGP2790
Points plus pratiques:
# Nous étions aussi bien décidé à nager avec les tortues, nous nous sommes donc rendus a Akumal, il s’agit d’une anse, bordée d’une grande plage, et là dans ces eaux viennent batifoler tortues et raies. Mais la manne touristique est telle que en fait la mer est jonchée de couloir de bouées que l’on ne peut dépasser, et le plongeur se retrouve parqués et ne voit je dirais que des jambes s’affoler sous l’eau. Sur cette plage vous ne trouverez aucun autochtone, on dirait une station balnéaire américaine. Je ne sais pas pourquoi on s’attendait à quelque chose de plus sauvage mais une chose est sûre on a pas trouvé ce que l’on cherchait ici. Par contre le spectacle est assurément du coté des Pelicans.  Ils sont en nombre, attendent en rang d’oignon devant les bateaux de pêcheurs et quand il n’y a pas de poissons à quémander, ils tombent littéralement comme des boulets dans l’eau tout proche de vous pour pécher. C’est impressionnant.
IMGP2700.JPG
IMGP2704.JPG
IMGP2728
# Pour les ruines de tulum si vous y allez en journée le tarif est de 70 pesos/personne. Après le guichet réouvre en horaires extraordinaire ça passe à 240 pesos/personne ! L’avantage c’est que à cet horaire, le parc s’est vidé, et les ruines vous appartiennent.
# Pour ceux qui restent plus longtemps vers  Tulum, il y a beaucoup de choses à faire encore : la réserve de Siann Kan, le parc Xcaret, certains Cenote…
Nous avons pour une fois choisi de faire simple et peu. Le voyage est loin d’être fini. Aujourd’hui dernière matinée de plage avec nos amis qui habitent sur place et nous nous dirigerons vers la frontière du Belize pour une immersion dans la lagune.
Bisou tout chaud.
4plage.jpg

Road Trip Mexicain

Le grand départ approche et le blog reprend du service doucement avec cette petite introduction.

Lors de nos précédents voyages,  nous étions plutôt sédentaire à savoir que nous logions au même endroit,  et que nous bougions en journée. Cette fois ci nous relevons le défi d’un road trip en famille. Nous avons prévu de parcourir toute la péninsule du Yucatan ou presque. Nous allons couvrir trois états : Le Quintana Roo, l’Etat de Campeche, L’état du Yucatan soit un peu plus de 2000 kilomètres en voiture. Durée de l’aventure : 1 mois.

Nous nous concentrons sur cette partie du Mexique pour deux raisons, la première étant la sécurité toute relative dans les autres états. En effet, celle ci est liée aux affrontements entre groupes criminels. La seconde raison étant que la route que nous avons envisagée concilie nos envie de farniente, d’aventures et de dépaysement. Les seules consignes de sécurité à respecter sont de ne pas rouler dés la nuit tombée et de se protéger (vêtements long, amples et clairs) le soir des moustiques car le virus Zika est présent sur le territoire que nous traverserons. Pour l’occasion d’ailleurs nous avons opté pour deux moustiquaires nomades. Achat qui nous servira aussi chez nous vu l’invasion de moustique tigre chaque année.

parcours

En ce qui concerne l’organisation pure et dure nous avons réservé les billets d’avion via Air France en août (soit 6 mois avant). La location de voiture (chez sixt) et les logements à partir de novembre (3 mois avant). Ca parait tôt mais en fait pas tant que ça, certaines habitations que nous voulions nous sont passées sous le nez. Nous avons loué via Airbnb, Booking, directement aussi auprès de certaines Guesthouse et hôtels.

♥ Si vous souhaitez vous aussi louer via AirBnB , n’hésitez pas à utiliser NOTRE LIEN DE PARRAINAGE  

A l’heure où j’écris, il nous reste quelques points à régler avant le départ. A savoir le rendez vous de principe chez le médecin pour vérifier que tout va bien (surtout les oreilles pour avion) et prévoir petite pharmacie de voyage. Puis préparer les valises et le matériel photo. Nous innovons sur cette partie aussi car Silvain commandera le drône et on espère vous montrer de superbes vues d’en haut.

Pour bagages, nous avons prévu 2 valises en soute, 1 valise cabine, le sac à dos pour matériel photo et papiers, et chaque enfants aura son sac Boostapak, qui leur servira aussi de réhausseur pour les trajets en voiture.

 

[Nos trucs et astuces pour un voyage réussi avec enfants]

Au fil des vols nous nous allégeons d’une part parce que les enfants grandissent  (Basile a presque 3 ans et Charlie 4 ans et demi) donc plus aucun matériel de puériculture, et ensuite car on se rend compte qu’on utilise toujours la moitié de ce que l’on amène. J’ai remarqué que le fait d’être sélective fait un bien fou au moral. Etre en vacances s’est aussi se libérer des biens matériels et des contraintes.
Il y’a cependant des indispensables à mon gout qui facilitent le voyage et donc permettent dés le départ d’être serein.

Nos astuces et bagages pour un vol cool:

✖ Télécharger sur téléphone des histoires à écouter , nous sommes fans de celles de Marlène Jobert.

✖ Se munir d’une double prise jack pour que les petits écoutent en même temps la même histoire sur le même appareil.

✖ Prendre des casques adaptés à leurs petits oreilles car les écouteurs d’avion font mal autant aux grands qu’aux petits.

✖ Amener grosses paires de chaussettes pour être à l’aise et pieds nus c’est plus rigolos (et ça fait moins de bruit)

✖ On amène leur coussin et un doudou

✖ On va tester pour ce voyage les coussins gonflables pour que les petits puissent s’allonger tout en gardant leurs ceintures attachées. (Les compagnies sont un peu pénible avec ça et c’est au bon vouloir de l’hôtesse ou du stewart)

✖ Pour passer le temps leur pochette d’artistes avec nécessaire pour colorier et dessiner

✖ Quelques poupées et voitures

✖ Je cache toujours dans leur sac un nouveau livre chacun.

✖ Pour faciliter les moments de longue attente (tu sais quand tu dois attacher la ceinture, rester bien assis, mais que l’avion ne décolle que 30 min plus tard) quelques chupa chups et gâteaux.

✖ Pour jouer avec eux, j’ai trouvé des minis incollables, format poche, adaptés à leur âge

✖ Un bracelet d’identification chacun. Trouves chez Ludilabel.

✖ Et si dernier point un leggings et tshirt de rechange pour chacun, on est pas à l’abri d’un vomito surprise et là autant ne pas avoir a supporter des habits sales coincés dans un avion.

Pour gagner du temps et économiser notre énergie aux contrôles d’aéroport, nous ne prenons plus du tout de liquide dans valise cabine, ça évite de tout déballer, pas de ceintures non plus, ni de bijoux. On mets des chaussures faciles à enlever et remettre pour les petits. de plus en plus on doit les enlever, alors la Converse on l’oublie, oui elle est belle mais 2 fois 2 paires que multiplie 3 contrôles et 3 avions…ben je dis vive les scratch.
On prépare dans une poche à part , passeport, boarding pass, livret de famille. Et quand nous partons l’hiver comme là vers un pays chaud, Silvain nous dépose au terminal avant d’aller garer la voiture, ce qui permet de laisser dans le coffre les gros manteaux et ne pas s’encombrer pour rien.

Voilà j’espère que nos petits trucs vous aideront si vous devez voyager avec des petits. Mon conseil principal est d’avoir confiance en eux et de se dire que les vacances commencent quand on ferme la porte de la maison. Alors relax!

On est à fond, vous dire qu’on se languis n’est pas exagéré. On compte les jours, on compte les dodos. Cette destination est un rêve pour moi, j’ai tellement d’images en tête, que je suis impatience de connaitre les sensations qui vont avec. Silvain y est allé il y’a une dizaine d’année, mais nous faisons un parcours différent et le pays change vite, alors je ne doute pas que se sera aussi une re découverte pour lui. Les enfants eux sont au taquet, parlent d’avion et de plage, et demandent chaque jour si c’est aujourd’hui qu’on part. La notion de temps est toute relative à cet âge là. Vivement les grandes vacances! vivement le soleil et la chaleur!

 

 

 

La Croatie: le bilan

Alors bien évidemment en une semaine nous n’avons fait qu’une partie infime de la Croatie. Je ne prétend pas la connaitre, loin de là. Je vais vous parler surtout de notre organisation et où nous sommes allés.

Nous revenons enchantés de ce pays, les gens sont d’une gentillesse rare et surtout sincère. Pour vous donner plusieurs exemples: un cafetier sur Solta n’avait pas la monnaie à nous rendre pour nos deux cafés et jus des petits. Il n’a pas hésité une seconde et nous a dit de repasser pour payer plus tard.  Dodo lui nous a suivi en voiture à quelques minutes de notre départ, nous rejoignant sur le ferry pour nous rendre le biberon oublié sur l’évier. Et notre hôte de Split, a préféré monter avec Silvain en voiture pour ne pas qu’il tourne à chercher une place dans la ville. Et pour tout les sourires, les indications, les petites attentions, les croates sont parfaits.

L’île de Solta est comme nous l’avions imaginé, sauvage et calme. Parfait pour un voyage tranquille en famille avec des enfants petits.  A cet âge là on adore jeter des cailloux dans l’eau, regarder des poissons, chercher les crabes et prendre le temps. Pour les enfants plus âgés je pense qu’une autre île fera mieux l’affaire. Quoique.

Petite précision, ils ont des parcs pour enfants de compétition! partout!

mer

mer3

18387224_1447456238661835_1809075985_n

IMGP9939

On aurait aimé passé un peu plus de temps à Split, je pense que la ville vaut le détour mais ça sera l’occasion d’un week end prolongé rien que pour cette ville et Trogir à proximité. Concernant notre partie du périple dans la région des lacs de Plitvice. Nous conseillons vraiment etno house plitvice selo, certes cet endroit à un coût, mais le service est à la hauteur et les infrastructures pour les enfants géniales. Le camp est à 600 m de l’entrée N°3 du parc, on a pu donc laissé la voiture au parking chargée et  prête à partir.  Si vous faites le parc , n’hésitez pas à combiner, marche à pieds, bateau et navette. La navette est dite panoramique mais que nenni vous ne verrez rien des chutes juste la forêt. Mais elle est utile pour s’alléger d’une étape de randonnée ou quand on a des enfants. Emporter aussi un panier picnic car les selfs sur place ne sont pas géniaux. Il y a par contre des toilettes partout et des coins pour s’installer aussi. L’endroit est bien pensé et bien entretenu, c’est plaisant , par contre je pense qu’entre juin et fin septembre c’est infernal. Et vous aurez plus l’impression d’être dans un parc d’attraction qu’un parc naturel au vu du nombre de touristes. On a échappé à mon avis de justesse à la foule.

IMGP0104

zoo.jpg

Sinon pour le voyage en famille lui même, et bien on est heureux d’être ensemble, les enfants ont été plutôt sympas comme d’habitude j’allais dire. En tout cas à froid, c’est ce qui me vient à l’esprit. Nous sommes chanceux. Mais je tiens quand même à préciser pour ceux qui d’entre vous qui croient peut être que nous avons des enfants modèles, et que c’est pour cela que nous pouvons faire ce que nous faisons avec eux. Rassurez vous. Non nous ne vivons pas au pays des bisounours. Comme chez vous les habits à peine enfilés sont déjà tachés. Comme vous ils veulent mettre un bonnet alors qu’il fait 30° ou des claquettes sous la pluie. Comme vous ils disent non à presque tout. Nous avons des enfants de 4 ans et 2 ans. Ce qui implique un comportement de leur âge où que nous soyons. les voyages comptant pareil voir triple. Un enfant reste un enfant où qu’il se trouve. Et le seul mérite que nous aillons c’est que nous ne faisons pas de cela un obstacle à notre envie de voir le monde.  Bref nous connaissons les verres cassés et renversés au restaurant, le fait de pouvoir nourrir un village entier au vu de ce qu’il y a sous la table après notre départ. Nous connaissons le gavage à la mie de pain, l’étouffement et le vomi au milieu d’une salle remplie de personnes qui aspirent à passer un bon moment. Ils ne tiennent pas en place, veulent tout toucher, parlent fort, chantent et dansent sur leur chaise. Nous connaissons comme vous de grands moments de solitude où l’enfant dernier a décidé qu’il ne marcherait plus, réclame les bras et se met à hurler dans des aigus insoupçonnés. Mais  un enfant c’est aussi un focus sur les choses que nous ne voyons plus.  Ils s’émerveillent et lient facilement contact. Malgré leur âge, ils savent dire bonjour, au revoir et merci à chaque fois dans la langue du pays où l’on se trouve. Et ils le font savoir! Avoir un enfant c’est une chance de transmettre. Nous leur transmettons le gout du voyage et de la découverte. Il y a des moments  comme chez vous plus facile que d’autres, et ne croyez pas qu’un décor de rêve amadou les tetes dures de nos chérubins.  Nos enfants sont comme nous avec des bons et mauvais jours. Mais les nôtres ont le mérite de suivre, de tout gouter, d’être polis et de profiter de chaque instant. Voilà ce topo pour ceux qui en lisant mes lignes se disent que ce que nous vivons ils ne pourraient pas le vivre avec leurs enfants qu’ils croient surement plus têtus ou plus turbulents. Rassurez vous chez les autres c’est pareil. Nous essayons seulement d’en faire une force.
Il en ressort que tous les membres de cette famille, du plus petit au plus grand, adorent voyager, on a réussi ça et nous en sommes fiers. Les prochaines vacances sont dans un grand moment, jusque là nous parlerons de ce dernier périple et nous nourrirons des photos souvenirs. Notre manière à nous de patienter.
J’espere que cette petite semaine  vous a fait du bien et vous a donné l’envie de nous suivre plus encore.
chouchou
ferry6
18198178_1438152712925521_1782861103_n
NB : pour ceux qui veulent du conseil pratique. le cout de la vie est presque le même qu’en France (restaurants, essence, autoroute…). Louer une voiture est quand même bien pratique. Nous sommes ravis des sièges Boostapack, et même si pour l’instant les enfants sont trop petits pour les porter en sac a dos, ils ont fait leur job dans la voiture. Il faut seulement que l’on s’équipe de tours de cou pour le dodo sur la route mais sinon rien à dire. Un bon investissement.
J’ai aussi passer des heures à coudre mes pochettes d’artistes  et je ne regrette pas. Charlie et Basile les adorent. Et cerise sur le gâteau : ça les occupe 1 heure non stop. Et à leur âge, être occuper une heure sans bouger c’est un miracle. Je me suis longuement auto- félicitée!!
18360401_1443266259080833_2017273256_n
18361631_1447455381995254_1732064586_n
18361569_1447455681995224_203373784_n